Le vitrail du Moyen âge et de la Renaissance

Le vitrail du Moyen âge

Dans le monde de l’art du vitrail, il faut être à l’aise avec les travaux manuels, persévérant, patient, voire même studieux. Ce sont les atouts nécessaires pour réussir à manœuvrer un tel objet aussi délicat que le verre. Dans le cadre des loisirs inventifs, il est ouvert à tout le monde, propre à répondre à tous les goûts.

Origines

Des IVème et Vème siècles, l’église chrétienne a mis en place plusieurs ouvrages occultés avec des motifs en feuilles très fines d’albâtre serties dans des cadres en bois qui donnent un effet de vitrail ancien. Puis de VIe siècle, dans les églises, cinq fenêtres de vitrail sont arrangées dans la basillique Saint-Sophie. Et de Paris, on aperçoit de même des premiers vitraux pour basillique Saint-Vincent, mais malheureusement, aujourd’hui, il a disparu. Après, à la basillique Saint-Vital, une des premières roses de vitrail montrant un Christ bénissant aussi nommée cive fait son apparition. À l’époque romaine, les Romains avaient l’habitude d’honorer leurs thermes de mosaïques de verre multicolore comme les millefiori. Surtout utilisé par les riches pour permettre de tamiser la lumière quand les fenêtres de leurs villas se ferment avec du verre peint coloré. Des mosaïques ornées d’or et de verre polychrome enrichissent l’architrave, dès le IVe siècle, l’entablement et les colonnes de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs.

Quelles sont les étapes de réalisation d’un vitrail au Plomb

Il est nécessaire de savoir que le dessin, la solidité, la couleur, la qualité de la lumière ainsi que la pérennité du vitrail font parties des idées de déco qu’il faut prendre en compte pour un art du vitrail. La maquette dévoile un plan défini d’un vitrail en le représentant à l’échelle 1/10. Il comprend le tracé des plombs, la peinture éventuelle, la coloration des verres. Et la coloration inspire l’harmonie des autres verres colorés. Il faut choisir les verres suivant les couleurs présentées sur la maquette et la nature. La figure est le dessin technique du panneau, conçu à l’échelle 1/1 sur du papier bulle. Le réseau des plombs est toujours figuré avec détermination en se servant de la maquette pour référence. Le tracé est transcrit sur un calque avant d’être arrangé. Cette sauvegarde est cruciale pour la création de futures copies ou d’éventuels rétablissements de pièces brisées. Après avoir accompli le calque, le dessin est varié méthodiquement. Le calibrage sert à classer les mesures du panneau en se référant de l’assemblage verre ou plomb.

Quelques notions à savoir 

L’Italie se dote de vitraux assemblés dans des cadres en bois à partir du VIe siècle, des fois dans des châssis de métal ou du stuc ou sertis dans du plâtre. À partir du Xe siècle en occident, cette méthode a été constamment transformée par le vitrail au plomb dans l’idée qu’il résiste mieux à l’humidité. L’inspiration antique des artistes de la Renaissance se reprend dans les parties décoratives ou dans le vêtement mis par les personnages. Les premiers ouvrages de vitrail à la Renaissance sont éventuellement dus à Lorenzo Ghiberti pour la cathédrale de Florence. Du XVIIIe siècle, l’art du vitrail a quasiment égaré en France. Après la tourmente anarchiste, le forme néo roman et néogothique présentent une reprise pour le vitrail medieval. La croissance de l’art néogothique réuni au Moyen Âge est généralement créée comme un réveil à un art public.